Devenez Membre  Aujourd'hui: 124 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5768

    En ligne :
    Visiteurs : 5
    Membres : 0
    Total :5

    Notre Sélection

    Danielle Thiéry (Auteur) - Des clous dans le coeur
    le choix des visiteurs


    COMMENTAIRES




    Eleken TRASKI
    La goutte



    Lecteur : WolandEvaluation : 31/03/2007

    La nouvelle de l'auteur que je tiens, quant à moi, pour la plus originale et aussi la plus achevée - l'allusion finale à la célèbre marque de boissons gazeuses américaine est d'un humour noir terrible. Cela m'a fait penser au tout début de l'extraordinaire "Substance Mort" de Philip K. Dick ... avec cette différence que, dans Dick, on sait bien que, de toutes façons, le personnage qui voit et sent ce qu'il ne devrait ni voir, ni sentir est complètement shooté. Chez Traski, il est certain... [lire la suite]

    Réponse de l'auteur



    Lecteur : Mary-j-danEvaluation : 27/09/2007

    Une noix, une noix, qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix… Cette chanson a surgi de ma mémoire dès la lecture des premières lignes. Quelle imagination ! Et il faut en avoir pour faire d’une goutte, une innocente goutte, un thriller ! Cette nouvelle est très courte, mais ô combien exaltante.



    Lecteur : mahautEvaluation : 25/11/2007

    Pire que le pal, ce supplice qui commence si bien et qui finit si mal, cette goutte anodine recèle des pouvoirs divins, pouvoirs de vie et de mort. Mais est-elle bien la meurtrière ? Dans quelle profondeur idiote l'esprit humain, l'imagination noire, le désespoir débridé peuvent-ils nous entraîner ? A lire et à trembler PS : quelques coquilles restent mais rien qu'une correction ne peut parfaire



    Lecteur : AntoineEvaluation : 20/10/2006

    Julio Cortazar disait en substance que le fantastique peut se rencontrer n'importe où pour peu qu'on sache le reconnaître. Ici, nous partons de quelque chose d'anodin : une simple goutte d'eau coulant le long d'un verre, qui prend des proportions démesurées. L'intérêt de cette petite nouvelle tient selon moi à cette ambiguïté : nous ne savons pas si la goutte est à l'origine elle-même des conséquences désastreuses qui s'ensuivent, ou s'il s'agit d'une névrose destructrice qui s'empare du narrate... [lire la suite]

    Réponse de l'auteur



    Lecteur : IshtarEvaluation : 4/11/2006

    Cette nouvelle me fait froid dans le dos. Etrange qu'une simple goutte d'eau coulant le long d'un verre de coca puisse être le signe d'une violente douleur crânienne et que le fait de l'avaler soit l'idée consolante en théorie de croire en être définitivement débarrassé. Sans se soucier du sang qui gicle de sa blessure à la tête, ni de la douleur que cela lui occasionne; le héros de cette nouvelle entreprend la tâche la plus difficile qui soit, se tuer à petit feu afin que la goutte s'évapo... [lire la suite]

    Réponse de l'auteur



    Lecteur : PhilipumEvaluation : 16/01/2007

    Dommage, trop de fautes de syntaxe, d'accords, de temps... car sinon j'ai aimé la facon de raconter, la situation, les mesures extrêmes que prend le narrateur face à cette goutte diabolique. Cela ne m'a pas effrayé, pourtant, plutôt amusé, mais cela ma plaît bien ainsi.

    Réponse de l'auteur



    Lecteur : JC_HeckersEvaluation : 31/05/2007

    Je donne presque la même note qu'au Témoin de l'Aube (ah! le salaud! va-t-on dire...) pour une raison différente. Sur sept pages, rien à redire, vraiment rien, mais alors rien du tout. Voilà qui est original, tiens, une goutte d'eau qui ne se comporte pas convenablement. Le style (implacable) est encore au rendez-vous, on ne sait ce qui va advenir de cette goutte étrange ni du narrateur. Et alors vient la conclusion. Certes hallucinante, mais arrivé à un certain point je n'arrive pas du tout à ... [lire la suite]

    Réponse de l'auteur



    Lecteur : freddie31Evaluation : 4/04/2007

    Tout d'abord un sourire, on s'y croirait. Qui n'a pas vécue ça ? Et puis je me dis que cette nouvelle est plaisante, mais mon sourire s'efface peu à peu pour faire place à la stuppeur. Et je me dis : non c'est pas possible, il n'ira pas jusque là ? Et bien si, et puis on n'ose pas imaginer ce qu'il ressent. La folie commence-t-elle comme ça, avec une simple goutte d'eau ? Ce n'est pas mon type de lecture. Désolé.

    Réponse de l'auteur



    ***


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb