Devenez Membre  Aujourd'hui: 56 visites  
Menu Principal
  • Accueil
  • Inscription
  • Connexion
  • Recherche

  • En Bref
  • Lectures Libres
  • Best Sellers
  • Sites littéraires
  • La Bibliothèque
  • La Librairie
  • La Criticothèque

  • Foire aux questions
  • Publier un ouvrage
  • Protection en ligne
  • Le droit d'auteur

  • Passe-Livres
  • Bouche à oreille
  • A propos du site
  • Mentions légales

  • La lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Vue d'ensemble
    Bonjour, Anonyme
    Pseudo :
    Mot de Passe:
    Inscription
    Mot de passe oublié?

    Membres inscrits :
    Aujourd'hui : 0
    Hier : 0
    Total : 5767

    En ligne :
    Visiteurs : 7
    Membres : 0
    Total :7

    Notre Sélection

    Shlomo Sand - Comment le peuple Juif fut inventé
    le choix des visiteurs


    DROIT DE REPONSE




    Bruno LECLERC DU SABLON
    Coffiots dans la Ville Close

    NotoriétéPopularitéPalmarès
              



    Commentaire de Antoine :

    J'ai lu ce deuxième volet des tribulations de la famille Le Menech avec un plaisir au moins aussi grand que pour le premier. J'ai envie de dire qu'il s'agit là d'un divertissement efficace et complet : mise en place d'une intrigue qui démarre pratiquement in medias res et qui ne s'essouffle jamais ; évasion (toute une thématique de la Mer et des bateaux) ; légèreté de ton, humour ; suspens habilement soutenu. Au niveau de la narration (et peut-être est-ce là ce qui m'attire le plus), je remarque une particularité plus subtile : ce que Kundera appelle le "franchissement des barrières du vraisemblable", une esthétique du non-sérieux". C'est que ces "Coffiots dans la Ville Close" sont construits sur un enchaînement de retournements de situation à l'imagination débridée ; ici plus de contraintes, mais une liberté totale qui permet tout ; on est du côté du vaudeville, de la comédie, comme une sorte de révolte contre l'esprit de sérieux qui domine le monde. Même esthétique que dans le premier tome, d'ailleurs, qui passerait mal dans certains cas mais qui ici, peut-être parce que nous ne sommes pas loin de la parodie, participe à ce plaisir dont j'essaye de parler. "Si tu ne vas pas aux coffiots, c'est les coffiots qui viennent à toi" : telle est en substance (ou littéralement) la devise de Le Menech (à noter : très en forme avec son Odile dans ce deuxième volet !), tout aussi immorale ici que dans le premier tome, et cela continue de nous plaire de façon jubilatoire. A lire avec délectation.


    Son évaluation :
    Réponse de l'auteur au commentaire de Antoine :

    Mon cher Jérôme, tout ce que tu dis là est vraiment encourageant et me donne très envie de reprendre au plus vite l'écriture du 3ème tome. Il se peut, cependant, qu'il faille que j'en change quelque peu certains passages si je veux rester au moins égal à ce que les Coffiots sont aujourd'hui.
    Est-ce déjà le moment d'envisager que Maurice Le Menech tombe ? Pas sûr !


    Retour à l'ouvrage | Evaluer l'ouvrage

    Tous les Logos et Marques cités sont déposés, les articles et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.
    Copyright © 2000/2020 - Alexandrie Online - All rights reserved (Tous droits réservés) - Contactez-nous - Affiliation

    Robothumb